Accueil USA

La route N°1 : Santa Barbara, Los Angeles

Mardi 1er août, Santa Barbara

A San Luis Obispo, nous prenons la route 101, directe jusqu'à Santa Barbara. La température est plus convenable que la veille, 23-24°C.
Santa Barbara, ses palmiers, ses jolies maisons, son feuilleton, sa belle plage de sable fin. Nous y arrivons en fin de matinée ; il y a peu de monde et la plage est immense. Camille, Thomas et moi nous baignons dans les vagues. et découvrons la mer sans Gulf Stream. C'est comme la Bretagne, mais en plus froid ! Les vagues ne sont pas très hautes mais très cassantes et nous faisons quelques cabrioles alors qu'au large, une bande de phoques bruyants se prélasse sur des bouées métalliques. Après la plage, balade dans les rues commerçantes de la station balnéaire et déjeuner dans un petit restaurant du centre avant de remettre le cap au sud vers la cité des anges.

Santa Barbara


Carpinteria et la route jusqu'à Los Angeles

Arrêt à Carpinteria pour une dernière baignade. Cette fois, Christine se laisse entraîner dans les rouleaux et, mouillée jusqu'aux cheveux par une vague plus grosse que les autres, retourne dare dare se sécher. Ca y est, tout le monde s'est baigné dans le Pacifique ! Tout au long de la route côtière qui passe par Malibu, nous voyons des nuées de surfers guettant les vagues alors que la nuit commence à tomber.

plage


Los Angeles : la boucle est bouclée

Et voilà Los Angeles, retour à la case départ. Nous embouquons Sunset Boulevard depuis la côte pour remonter vers Hollywood, à une vingtaine de kilomètres. Le célèbre boulevard serpente entre les propriétés de milliardaires dont nous ne voyons pas grand-chose, la nuit étant pratiquement tombée. Notre but : trouver un hotel pas trop loin des studios Universal que nous visiterons demain de bonne heure. Le motel recommandé par le guide du routard sur Hollywood Boulevard a l'air très bien mais il est complet. L'Hollyday Inn Express n'a que des lits doubles, le Best Western est trop cher. Et voici notre sauveur, le Travel Inn, sur Sunset, qui nous propose une chambre à 3 lits pour 68$. La chambre est bruyante : une bande de latinos fait un boucan d'enfer de l'autre côté du couloir alors que les glaçons de la machine à glace semblent se déverser directement sur notre porte. Ce n'est que le lendemain, une fois les néons éteints, que nous découvrirons la mine délabrée du bâtiment, alors que la piscine, à l'eau glauque, est squattée par un homeless qui a fait son lit sur une chaise longue. Après avoir posé nos affaires, nous traînons un peu sur Hollywood Boulevard. Ce n'est pas très animé et nous finissons, comme tout le monde, au Chinese Theater à recenser les empreintes de mains et de pieds laissées par les stars sur le trottoir depuis 1927.

le Travel Inn


Lire la suite du récit >>