Gueule de bois

Le petit-fils de la patronne n’est pas en très grande forme. L’employée noire, elle, est à son poste et nous sert un copieux petit-déjeuner. Nous ne savons toujours pas ce que va nous coûter la nuit. Quand nous lui en parlons, le garçon se gratte la tête un long moment et finit par nous demander 200 N$ (20€) en s’excusant encore du dérangement causé par la fête…
La fête ne nous a pas dérangés, la soirée était plutôt sympathique et le tarif imbattable… Il est temps que mamie rentre si elle ne veut pas que les affaires périclitent !

Le Waterberg

Le parc du Waterberg est à deux cent kilomètres environ de Grootfontein. Nous y avons réservé un bungalow pour les deux prochaines nuits. Le plateau du Waterberg est une sorte de gigantesque table posée sur la savane. L’eau y est abondante et la végétation luxuriante. Le parc couvre toute la surface du plateau. On y trouve de nombreuses espèces menacées ou en cours de réimplantation.

Le Waterberg, une végétation luxuriante
fleurs

Bernabé de la Bat

Le Bernabé de la Bat Rest Camp est implanté sur le flanc sud du plateau. C’est un endroit agréable et ombragé. Le cottage est spacieux, avec deux chambres, une grande salle et une cuisine. Dehors, il y a une terrasse, un emplacement pour le feu et une vue dégagée.

Le chemin du plateau

Nous laissons nos affaires au cottage et partons escalader le sentier qui mène sur le plateau du Waterberg. Très jolie promenade au cours de laquelle nous rencontrons une bande de damans des rochers. Au sommet, déception : le sentier qui part sillonner le plateau n’est autorisé qu’accompagné d’un guide et muni d’un permis. Il n’est donc pas possible d’envisager une randonnée qui, pourtant, était bien tentante. Les chemins "autorisés" sont concentrés sur le pied du plateau ; ce sont plutôt des sentiers de promenade, ils se parcourent tous en moins d’une heure et n’ont finalement que peu d’intérêt. Tant pis, il nous reste le Game Drive sur le plateau. Sauf qu’à la réception, on nous annonce qu’il est complet pour aujourd’hui et, sans doute pour demain aussi. "Venez quand même demain à 15 heures, on verra ce qu’on peut faire…".

La suite du voyage : des damaras dik-dik peu craintifs et un game drive un peu décevant >>