Une envie de grands espaces

Le choix de cette destination s’est imposé progressivement.
En 2000, nous avions fait un voyage, tous les quatre, dans l’ouest des Etats-Unis (voir le site Les Désert au Far-West). Ce fut un grand bonheur et nous avions envie de renouveler cette expérience de grand périple familial. Nous avions envie de grands espaces, de destination lointaine, d’expérience nouvelle, d’animaux sauvages, et de faire cela dans une totale indépendance.

Cap sur l'Afrique australe

Nous avons naturellement pensé à l’Afrique. Mais il n’est pas évident de voyager de façon indépendante en Afrique. L’Afrique de l’Est, par exemple n’est pratiquement pas fréquentable en dehors des voyages organisés. Restait l’Afrique australe. Notre premier projet était une boucle de 10000 kilomètres au travers de l’Afrique du sud, du Zimbabwe, du Botswana et de la Namibie.
Suite à la reélection de Mugabe et à la misère et l’anarchie dans lesquelles ce pays continuait de plonger, nous avons vite écarté le Zimbabwe de notre projet.
L’Afrique du Sud n’est pas très sûre. Le ministère des Affaires étrangères y déconseille les voyages individuels et des cas d’agressions sur des voyageurs solitaires nous ont été rapportés. Cela ne veut pas dire qu’il est impensable d’y voyager seul, mais bon…
Le cas du Botswana est différent. C’est un pays qui a la réputation d’être sûr mais les autorités ont développé une politique de tourisme de luxe, sans doute intelligente car elle protège les ressources naturelles du pays des dévastations du tourisme de masse, mais très dissuasive pour ceux qui n’ont pas les moyens de réserver des lodges à 150 US$ / personne pour une nuit.

Une rencontre

Et puis il y eut cette rencontre, par hasard, dans un cinéma de Boulogne, avec un jeune couple. Ils revenaient tous deux de Namibie, avaient été emballés par leur voyage et nous en parlèrent avec beaucoup d’émotion. Nous ne les avons jamais revu et ne connaissons d’eux que le surnom de « Funny Hat » que Rob, le patron du Zebra River Lodge, avait donné au garçon. S’ils se reconnaissent dans ces lignes, nous tenons à les remercier chaleureusement…

Une boucle en Namibie...

En reprenant le projet sur un itinéraire spécifiquement namibien, nous avons vite réalisé qu’il y avait largement de quoi s’occuper pendant 4 semaines, en s’épargnant de longues étapes intermédiaires de plusieurs centaines de kilomètres. La décision fut donc prise de limiter le voyage aux frontières de la Namibie, quitte à revenir plus tard dans les autres pays d’Afrique australe.