Chine 2005

11 aout : Shibao Shan et la route de Lijiang

Shibao Shan sous la pluie

Pour notre plus grand bonheur, Amanda a été désignée par le CITS pour nous accompagner jusqu’à Lijiang. Nous avons choisi l’ancienne route car elle passe par le site de Shibao Shan. C’est une montagne sacrée bouddhiste, cette fois.
Tiens, il pleut. La jolie promenade de Shibao Shan est un peu humide. Les célèbres statues du temple principal, accroché à la falaise, sont interdites de photographies. Sur l’autre versant de la vallée, nous atteignons un petit oratoire au prix de l’ascension (et de la descente au retour) vertigineuse de quelques volées d’escalier. L’endroit est intéressant mais nous séduit moins que Weibao Shan. De retour au parking, nous déjeunons de boîtes de nouilles dans une sorte de kiosque qui domine la vallée. La vue y est agréable mais bon, il pleut.

Lijiang et les mauvaises nouvelles

Arrivés à Lijiang, une ou deux grosses averses plus tard, nous nous séparons à regrets d’Amanda qui restera sans doute notre plus belle surprise du Yunnan !
L’hôtel Sanhe où nous logeons est charmant. Bien que de facture récente, il est construit dans le style des habitations traditionnelles de la région. Nos chambres donnent sur une cour intérieure, très jolie. Un groupe de blancs vient occuper deux chambres sur la même cour. Il nous semble bien entendre parler français mais quand, à 20 heures, ils sortent une bouteille de Ricard, nos doutes s’estompent : ceux-là sont de chez nous  !
En voyant nos regards envieux et dépités, ils n’hésitent pas à nous inviter et c’est joyeusement que nous nous retrouvons à l’apéro ! La soirée est très sympathique mais les nouvelles qu’ils apportent ne sont pas bonnes : ils reviennent de Zhongdian et sont parmi les derniers à avoir réussi à traverser le fleuve : le Yang Zi a débordé et la route semble bel et bien coupée. Si nous ne nous faisions plus beaucoup d’illusion sur la randonnée des gorges du Saut du Tigre, c’est maintenant toute la fin de notre voyage qui semble compromise.

PIED