Chine 2005

Itinéraire et transports

Itinéraire

Nous avons recherché un itinéraire qui nous permette de découvrir quelques villes et surtout des régions de montagnes, riches en beautés naturelles. Nous avions entendu parler des contrées montagneuses du Sichuan et, en préparant le voyage, nous sommes laissés tenter, à la fois par les guides de voyages et les Chinois que nous connaissions à Paris, par une exploration (partielle) du Yunnan. L'itinéraire Pékin – Xi'an – Chengdu – Kunming qui en résultait avait aussi le gros avantage, à nos yeux, de pouvoir se parcourir par des moyens terrestres, quitte à prévoir un vol pour le retour sur Pékin.

Transports

D'une province à l'autre, nous avons opté pour le train. Chaque voyage faisant entre 12 et 20 heures, nous avons voyagé en train couchettes. Ce fut une expérience très agréable. Nous réservions à chaque fois un compartiment "couché mou", équivalent de nos premières classes. Les trains sont confortables, à l'heure et il y règne une vie intense et animée, sachant que les voyages peuvent très bien durer plusieurs jours. Il y a continuellement des marchands ambulants qui proposent toutes sortes de ravitaillement et, comme partout en Chine, les voyageurs passent leur temps à manger installés n'importe où : dans le couloir, au wagon-restaurant, dans les compartiments…
Pas de problème en arrivant à destination : le contrôleur vient gentiment nous rendre les tickets, subtilisés à la montée dans le train, et nous prévenir que nous arrivons. Inutile de comprendre le Chinois pour ça !
Les billets peuvent se prendre dans les gares. Pour notre part, nous les avions réservés par l'intermédiaire des différentes agences locales avec qui nous avons traité.

Dans les villes, les deux meilleurs moyens de locomotion sont le taxi et le vélo.
Il y a beaucoup de taxis et donc aucun problème pour en trouver, n'importe où. Il suffit de se poster et de faire signe. Que ce soit à Xi'an, Chengdu, Kunming ou Pékin, nous n'avons jamais attendu plus de 5 minutes. Une palme pour les taxis de Chengdu, au tarif vraiment imbattable. Attention juste à se munir de l'adresse où on va écrite en Chinois et surtout de celle du retour si on veut rentrer sans angoisse à l'hôtel. Généralement, les lieux sont écrits en chinois sur le Routard et le LP, ce qui permet de bien s'en sortir.

Rouler à vélo dans une ville chinoise est une expérience très intéressante. Les avenues sont largement équipées de pistes cyclabes et on se retrouve très vite dans un flot continu de Chinois pédalant sur d'incroyables guimbardes ou, au contraire, se laissant entraîner par le moteur de leur très moderne bicyclette électrique. Se munir d'un bon plan de la ville, bien sûr, ne pas se laisser impressionner par la circulation, surtout par les bus qui font toujours mine de ne pas s'arrêter pour vous laisser passer, bien assimiler le principe du double feu pour les vélos quand on tourne à gauche et roulez jeunesse, que du bonheur !

Pour explorer les contrées tibétaines et montagneuses du Sichuan et du Yunnan, nous avions retenu la solution de la voiture avec guide et chauffeur. Ce ne fut pas notre meilleure expérience, surtout à cause du malentendu qui s'est vite installé entre nous et les 2 agences chinoises (au Sichuan et au Yunnan) avec qui nous avions traité. Là où nous pensions leur acheter d'une part une voiture, un guide et un chauffeur et, de l'autre, la réservation des hôtels, eux nous vendaient un tour organisé… Il y eut quelques moments épiques…
Finalement, nous aurions peut-être dû utiliser les transports en commun (bus, train…), sans doute moins confortables mais ce qui aurait été peut-être plus amusant (et moins onéreux…)

PIED