Lundi 6 mai 2002
Le Pont-de-Montvert - Florac

 

Comme la veille, je marcherai seul. Christine a jugé plus raisonnable de ne pas faire l'étape encore aujourd'hui. Elle s'entraînera seule pour reprendre la route le lendemain. Avec 26 kilomètres de marche, cette étape est en effet la plus longue de la randonnée.

Ce matin, incroyable, il fait beau et Le Pont-de-Montvert est baigné de soleil ! la température, elle, est à la limite du zéro. Le chemin s'élève parmi les genêts fleuris au-dessus du village et de ses 3 vallées jusqu'au plateau du Cham de l'Hermet. Le GR s'écarte, en fait, de la route de Stevenson qui suivit la vallée du Tarn jusqu'à Cocurès puis Florac. A l'époque, la circulation automobile ne risquait pas de le perturber…
Après la traversée du plateau, vaste terre de pâturage, le chemin descend dans une vallée boisée avant de s'élever à nouveau dans le massif et la forêt du Bougès.

Arrivé au col de la Planette, j'ai retrouvé le temps grisonnant et pluvioteux des premiers jours. Je guette la présence des coqs de bruyères (tétras) réimplantés dans la région. Hélas, je les entendrai mais ne les verrai pas. Le chemin suit la ligne de crêtes et sort enfin de la forêt pour atteindre le signal de Bougès, point culminant du massif. Le temps est toujours aussi gris mais la vue de ces montagnes déclinant toutes les nuances du vert et se chargeant de bleu dans les lointains, est superbe.

Après le col du Sapet et son menhir, le GR emprunte une piste, un peu monotone, qui longe le versant nord de la montagne pendant près de huit kilomètres avant de plonger vers le village de Bédouès. Pour ma part, je préfère prendre un bout du GR 68 qui descend directement sur Florac, m'épargnant ainsi les deux ou trois kilomètres de route nationale qu'emprunte le GR70 entre Bédouès et Florac.


En montant vers le Cham de l'Hermet



Champlong-de-Bougès


Le Bougès


Le Bougès


Le Bougès


 

Stevenson album photo carte