Dimanche 5 mai 2002
Le Bleymard - Le Pont-de-Montvert

 

La journée doit être marquée par l'ascension du sommet de Finiels (1699 mètres), point culminant du massif du Mont Lozère et de notre randonnée. Nous démarrons en douceur, cherchant à ménager au mieux le genou de Christine et progressons lentement… sur le mauvais GR. Il nous faudra 2 kilomètres pour le réaliser !

Retour à la case départ mais, cette fois, c'est trop douloureux, Christine abandonne… et saute dans un taxi qui passait par là.

Nous nous retrouvons deux heures plus tard à la station de ski du Mont Lozère pour le déjeuner. Le temps est couvert. De la station, nous voyons la base du sommet de Finiels, saupoudrée de neige, alors que la partie supérieure nous est masquée par un épais nuage qui semble bien accroché à la montagne.

Je repars seul sur le chemin millénaire, qui, de montjoie en montjoie, mène au col puis au sommet de Finiels. Un vent glacial, dont gants et bonnet me protègent tant bien que mal, balaie la pelouse dénudée du Mont Lozère. La neige est accrochée à tous le plis de terrain exposés au nord. Par une chance incroyable, le nuage qui noyait le sommet de Finiels s'est élevé et reste comme suspendu quelques dizaines de mètres plus haut, me laissant découvrir là le spectacle presque effrayant de cette butte pelée, enneigée et cernée de lignes de montagnes noires. C'est à mille lieues de la vision lumineuse qu'en avait eu Stevenson... J'apprendrai plus tard que les randonneurs passés par là quelques heures plus tôt n'on dû leur salut qu'à l'usage de boussoles. Témoins du climat montagnard, quelques jonquilles percent la légère couche de neige.

Le chemin pique alors plein sud, traverse une forêt et rejoint le hameau de Finiels, cinq cent mètres plus bas. De là, je n'ai plus qu'à suivre l'ancien chemin de Finiels au Pont-de-Montvert qui serpente, entre genêts et pâturages, jusqu'au terme de cette étape magnifique.

Christine, elle, est arrivée depuis longtemps et a déjà eu le temps de visiter Le Pont-de-Montvert. C'est un lieu historique, témoin en 1702 du soulèvement des Camisards. Cette révolte protestante, conséquence de la révocation de l'édit de Nantes, commença ici par l'exécution de l'abbé du Chayla, au pied de la tour de l'horloge et, quelques mois plus tard, par celle, au même endroit, du premier chef camisard, Esprit Séguier. La guerre enflamma toute la région et dura plusieurs années.


Le Bleymar


Montjoies


Sommet de Finiels


Sommet de Finiels


Vaches


Le Pont-de-Montvert


 

Stevenson album photo carte